top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurDocteur Jean-Christophe Gomez

Les addictions au travail ?


Sommes-nous tous drogués au travail ? Oui, mais pour la plupart nous ne nous en rendons pas compte.

Le travail peut être pour certains une addiction (on parle de workaholisme, qui est un facteur de risque de burn out), mais il n’y a pas que cela.

Addiction = plaisir ou soulagement

Goodman définit l’addiction comme « un processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction de procurer un plaisir et de soulager un malaise intérieur, et qui se caractérise par l’échec répété de son contrôle et sa persistance en dépit des conséquences négatives ».

Que reconnaissez-vous dans cette définition ? Quelles sont vos « petites drogues » de tous les jours, qui vous détendent ou vous stimulent ? Que faites-vous pour « tenir» ? Quelles sont celles qui vous accompagnent au travail, lieu qui est une source de stress évidente, et par conséquent d’un malaise intérieur à soulager ?

Accusés, levez-vous ! Tabac, café, thé, cocktails vitaminés, et dans certains cas médicaments psychotropes (anxiolytiques), alcool, parfois cannabis ou cocaïne. Le sport aussi, dont l’activité bénéfique peut être source de problèmes, si pratiqué dans l’excès. Et le plus sournois de tous : votre smartphone, premier point d’accès au réseau et son corollaire délétère qui est l’hyperconnexion.

Une question de dosage


Hors substances illicites, leur consommation n’est problématique que si elle est excessive (2 cafés par jour oui, mais au-delà…), trop fréquente et/ou importante, inadaptée (alcool au travail), honteuse, parfois en cachette…

Le smartphone, les mails, les messageries internes, les réseaux sociaux, en soi ne sont pas dangereux, mais les rapports que nous avons avec cette hyperconnexion le sont. Ce petit objet connecté qui nous suit partout est devenu le doudou des temps modernes.

Attention au mélange des genres, quand on amène nos mauvaises habitudes au travail, ou au contraire quand on les ramène à la maison, et qui participe de plus au blur out.

Tout cela s’inscrit dans une démarche d’améliorer son hygiène de vie. Les stratégies mises en place pour être performant au travail, malgré l’illusion de bénéfices à court terme, ont un coût important sur notre santé à moyen/long terme.

Alors que faire pour contrer les addictions au travail ?


Une prise de conscience est nécessaire. Pour ne plus banaliser. Un accompagnement par un professionnel peut être parfois indiqué. Informer les collaborateurs, sensibiliser au sein de l’entreprise, mettre en place des aménagements, proposer d’autres activités « relaxantes et stimulantes » (sport, yoga, sophrologie).

Bref ralentir pour avancer mieux et plus sainement, et ainsi préserver son capital santé tout en améliorant la QVT.

Notre atelier " Prévenir l'hyperconnexion"


Parce que l'addiction au numérique est celle qui impacte le plus le bon fonctionnement de l'entreprise et la qualité de vie au travail des collaborateurs, l'équipe de bien vivre en entreprise a choisi d'aborder cette thématique. L'atelier "Prévenir 'l'hyperconnexion" a pour vocation de sensibiliser aux risques de l'addiction au numérique et de donner des clés pour retrouver liberté et efficacité.

25 vues0 commentaire

Comments


bottom of page