top of page
Rechercher
  • Laurence Gonzalez

Turnover : Trop de départs dans votre entreprise ?


Le turnover (ou rotation des salariés) moyen en France est de 16%, tous secteurs confondus, selon le cabinet Hays.

Depuis 10 ans, il ne cesse d’augmenter : +66%. Comment analyser le taux de turnover de votre entreprise ? Que pouvez-vous mettre en œuvre pour le diminuer ?


Un taux de turnover trop élevé ?


Si le taux de turnover est trop bas, il est possible que ce soit le signe d’une perte de vitesse, que l’entreprise s’installe dans une sorte de « zone de confort ». Elle a une attractivité réduite et n’intègre pas de nouveaux talents.

A l’inverse, si le taux de turnover est trop élevé, les coûts pour l’entreprise sont élevés. Il existe les coûts directs : ceux liés au départ de l’ancien collaborateur (gestion par l’équipe RH), ceux liés au recrutement du nouveau (elle) candidat(e), les coûts de formation (temps passé par ce remplaçant mais également par les personnes qui le(la) forme). Des études estiment ce coût entre 6 à 9 mois de salaire annuel du poste concerné par cette rotation.

Les coûts cachés sont souvent sous-estimés : le désengagement, la démotivation des collaborateurs présents dans l’entreprise (du fait de cette perturbation dans l’organisation), la perte d’attractivité de la marque employeur, la fragilisation de la relation clients, la baisse de la qualité du travail (et donc de la productivité) du fait de la perte de compétences.


Existe-t-il un taux de turnover idéal ?

Pas vraiment. Il s’agit plutôt d’envisager le turnover comme un indicateur : celui de l’attractivité de votre entreprise.

Quel est son niveau (par rapport à la concurrence dans votre secteur d’activité) ? Comment évolue-t-il dans le temps ?

Il est nécessaire de l’étudier et de comprendre les raisons qui font que votre taux de turnover est trop élevé ou trop bas : s’agit-il de causes internes à l’entreprise (QVT, politique de rémunération, modèle de management) ou externes (contexte économique…).



Comment agir sur le turnover ?


Une fois l’état des lieux posé, il existe de nombreux moyens d’inverser la tendance et de mettre en place une politique de fidélisation de vos collaborateurs. L’important est d’agir en conséquence afin de ne pas laisser le cercle vicieux s’installer.


Parmi les axes de travail primordiaux à mettre en place (ils ne sont pas exclusifs), on trouve :

- la mise en avant de votre marque employeur : quelle est votre culture d’entreprise, quelles valeurs véhiculez-vous, quelle est la raison d’être de votre organisation, quel sens vont animer vos collaborateurs ?

- le développement du bien-être au travail au sein de votre structure: prendre soin de vos collaborateurs, leur montrer votre reconnaissance et le fait que leur épanouissement vous importe. Prévenir le mal-être, les risques de burn-out, en un mot anticiper.

- l’attention que vous pouvez porter aux perspectives de développement de vos collaborateurs : par des perspectives d’évolution internes mais également en faisant grandir leur responsabilisation, leur gestion du stress ou de leurs émotions.


Les solutions proposées par Bien Vivre en entreprise

Le réseau bien-vivre en entreprises est présent à vos côtés pour vous aider fidéliser vos collaborateurs et attirer des talents. Nous proposons des ateliers aux thèmes variés pour répondre à ces nouvelles problématiques (retrouver du sens au travail, prévenir le burn-out, l’hyperconnexion) ou augmenter le bien-être dans votre entreprise (gestion du stress, sophrologie, postures de travail…)




42 vues0 commentaire
bottom of page